Un député de l’AKP dit que les universitaires et les journalistes signataires de la pétition pour la paix ne méritent même pas de vivre

Selon une information rapportée par la Gazete Duvar, le mardi 14 Novembre, Şahap Kavcıoğlu, député du parti au pouvoir, Justice et Développement (AKP), a déclaré que les universitaires, journalistes et politiciens qui ont signé une déclaration en faveur de la paix en 2016 ne méritent pas de vivre.

Les signataires d’une déclaration pour la paix intitulée « Nous ne serons pas complice de ce crime [de l’État turc] » et publiée en janvier 2016 sont accusés de diffusion de propagande terroriste.

« Ils ont sali l’image de la Turquie. Ils ont écrit que la Turquie perpétuait un massacre et ils l’ont signé. Avec qui ont-ils fait cela? Peut-il exister une telle trahison contre l’Etat? Dans n’importe quel autre pays, aucun des universitaires, des politiciens et des journalistes qui ont signé cette déclaration n’aurait eu le droit de vivre ; même pas en prison, on ne leur donnerait pas le droit à la vie », a déclaré Kavcıoğlu lors d’une réunion de la commission au Parlement.

Rappelant qu’il est aussi un universitaire, le député de l’AKP a déclaré: « Les universitaires qui ont signé cette déclaration n’ont pas le droit de travailler dans les universités en Turquie. Ils n’ont pas le droit d’enseigner aux étudiants en Turquie. »

Publiée début 2016, la déclaration en faveur de la paix accuse le gouvernement turc de mener des opérations militaires lourdes dans la région sud-est de la Turquie, où les militants du PKK et l’armée turque s’affrontent depuis la rupture d’un cessez-le-feu en Juillet 2015.

Les universitaires pour la paix ont exigé que le gouvernement turc mette fin aux blocus et couvre-feux ayant cours dans les villes kurdes, évite de cibler les civils dans le conflit qui l’oppose aux combattants du PKK, rétablisse les conditions nécessaires pour un cessez-le-feu avec les militants et assure une paix durable entre les Kurdes et l’Etat turc.

Cette déclaration a été signée par plus de 2 000 intellectuels à l’intérieur et à  l’extérieur de la Turquie, y compris par le philosophe américain Noam Chomsky.

La déclaration de paix s’est attiré les foudres du président Recep Tayyip Erdoğan et du  gouvernement AKP, conduisant à des représailles contre les universitaires. Parmi les insultes qu’Erdoğan a lancées à leur encontre, citons en exemple « soi-disant intellectuels », « un troupeau appelé intellectuels », « traîtres » et « brouillon d’intellectuels ».

Suite à l’annonce de la déclaration le 11 janvier 2016, des centaines d’universitaires signataires ont été arrêtés à travers toute la Turquie lors de la perquisition par la police de leurs domiciles et de leurs lieux de travail alors que des centaines d’entre eux ont depuis lors été démis de leurs fonctions.

Lien originaire: https://www.turkishminute.com/2017/11/14/akp-deputy-says-peace-signatory-academics-journalists-do-not-even-deserve-to-live/